AFRICA EXCLUSIVE
Défis et émergence d'un continent

INSÉCURITÉ ALIMENTAIRE

Focus sur le cas du Soudan du Sud

 

Près de 7 millions de personnes au Soudan du Sud pourraient se retrouver dans une situation d’insécurité alimentaire aiguë lors du pic de la prochaine période de soudure (mai-juillet). Aussi, une aide humanitaire accrue et un meilleur accès à cette aide sont-ils indispensables de toute urgence, mettent en garde les agences des Nations Unies.

Cette alerte est consignée dans un rapport sur la Classification par phase de la sécurité alimentaire intégrée (plus connue sous son acronyme anglais IPC) publié à Juba par le gouvernement du Soudan du Sud en collaboration avec l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et le Programme alimentaire mondial (PAM).

Le nombre de personnes souffrant d’insécurité alimentaire aiguë a déjà augmenté de 13% par rapport à janvier 2018. Cette dégradation de la situation concerne quelque 30 000 personnes déjà confrontées à une insécurité alimentaire extrême (phase catastrophe ou IPC 5, soit le plus haut niveau d’insécurité alimentaire) dans les Etats de Jonglei et Lakes, dans l’est et le centre du Soudan du Sud.

Les conflits aggravent la situation

http://africaexclusive.net/?s=Soudan+du+SudSelon le rapport, l’insécurité alimentaire continue d’être alimentée à la fois par les effets cumulatifs des conflits, une production alimentaire insuffisante et les déplacements de population qui en résultent. La production céréalière locale en 2019 ne devrait couvrir que 52% des besoins céréaliers du pays, contre 61% en 2018.

Les conflits continuent d’impacter la production alimentaire, de décimer le bétail et de limiter l’accès de la population aux possibilités de se nourrir. Les périodes de sécheresse prolongées, les inondations, les maladies des cultures et les infestations des ravageurs ont eu de graves répercussions sur la production agricole qui dépend en grande partie de la pluie. Les populations pauvres ont été particulièrement vulnérables aux prix élevés des produits alimentaires et à la disponibilité limitée de ces mêmes produits sur les marchés.

Des fonds supplémentaires sont nécessaires de toute urgence pour renforcer l’assistance humanitaire afin de sauver des vies et sauvegarder les moyens de subsistance. Sans aucune aide, ce nombre pourrait grimper rapidement pour atteindre 260 000.

«Les prévisions sont alarmantes et la sécurité alimentaire continue de se dégrader. De concert avec le peuple sud-soudanais, nous devons agir de toute urgence pour inverser cette tendance. Notre priorité est d’aider les familles à maintenir et à augmenter leur production et d’aider les communautés agro-pastorales à préserver leurs moyens de subsistance. L’année dernière, la distribution par la FAO de semences et d’outils agricoles a eu un impact positif sur la sécurité alimentaire du pays, mais ce n’est pas suffisant», a déclaré M. Pierre Vauthier, Représentant de la FAO par intérim au Soudan du Sud. «Si l’accord de paix signé en septembre dernier est pleinement respecté, la FAO pourra continuer d’aider les rapatriés à reconstruire leurs moyens de subsistance et à contribuer au relèvement du pays», a-t-il ajouté.

Les niveaux de malnutrition restent critiques dans plusieurs régions où l’on dénombre quelque 860 000 enfants de moins de cinq ans souffrant de malnutrition sévère. Et l’incidence de la malnutrition aiguë devrait se faire sentir davantage au cours de la prochaine période de soudure  dans la plupart des régions du pays.

«L’accès aux personnes dans le besoin s’améliorant du fait du processus de paix, nous avons considérablement progressé dans le traitement de la malnutrition sévère chez les enfants, avec un taux de guérison supérieur à 80%», a déclaré Mme Andrea Suley, Représentante de l’UNICEF p.i. au Soudan du Sud. «Cependant, notre programme de nutrition accuse un déficit de financement de 88%, soit 55,4 millions de dollars. Si les fonds ne devaient pas arriver à temps, les enfants que nous savons sauver ne s’en sortiraient pas», a-t-elle ajouté.

Soutien humanitaire

«Une aide humanitaire soutenue est nécessaire pour répondre aux besoins immédiats d’assistance alimentaire. Il est également essentiel de soutenir les activités de résilience pour améliorer les moyens de subsistance et accroître la capacité des familles à faire face à la situation», a déclaré, de son côté, M. Alain Noudehou, Coordonnateur de l’aide humanitaire au Soudan du Sud. «La mise en œuvre intégrale et dans les délais de l’accord de paix est donc essentielle pour permettre aux personnes déplacées – dont la majorité sont des femmes et des enfants – de rentrer chez elles et de recommencer à vivre normalement».

Les trois agences des Nations Unies, ainsi que d’autres organisations humanitaires, ont mené des opérations de secours massives depuis la réactivation du conflit à la fin de 2013. Le mécanisme intégré de réaction rapide – des équipes mobiles se déplaçant généralement par hélicoptère pour atteindre les populations dans les zones isolées –  entre dans le cadre d’un effort inter-agence pour apporter un soutien immédiat et vital.

En 2019, la FAO envisage de fournir à 800 000 ménages d’agriculteurs, de pêcheurs et d’agropasteurs vivant dans des zones d’insécurité alimentaire sévère des semences de légumes et de céréales, des outils agricoles et du matériel de pêche. Un kit de cultures permet à une famille de cultiver suffisamment de céréales pour une utilisation de plus de six mois, ce qui contribue notablement à soulager la faim. Pour soutenir les communautés agropastorales qui dépendent fortement du bétail, la FAO procède à des vaccinations et à d’autres services vétérinaires afin de prévenir la mortalité animale à grande échelle.

Pour faire face à l’augmentation des besoins, le PAM fournira aux personnes les plus vulnérables diverses formes de soutien, notamment des distributions de vivres pour sauver des vies et des programmes argent contre travail ainsi que des produits alimentaires en échange de travaux de construction et de réhabilitation des biens de la communauté, de la nourriture pour les cantines scolaires et des produits spéciaux pour la prévention et le traitement de la malnutrition chez les enfants et les femmes enceintes ou allaitantes.

175 000 tonnes de produits alimentaires à stocker

Le PAM procure actuellement au Soudan du Sud son assistance pour répondre aux besoins immédiats des populations et renforcer leur résilience. Il prévoit de pré-positionner 175 000 tonnes métriques de produits alimentaires dans plus de 60 entrepôts avant le début de la saison des pluies. Le pré-positionnement précoce des aliments permettra non seulement de sauver des vies, mais aussi de réduire les coûts de livraison, rendant inutiles les coûteux parachutages d’aide alimentaire lorsque de nombreuses zones sont inaccessibles par la route.

En 2019, l’UNICEF compte cibler plus de deux millions d’enfants et leurs mères afin qu’ils bénéficient de services de nutrition de qualité. Le Fonds offrira des suppléments en micronutriments, des services de santé et le programme EAH/WASH (eau, assainissement et hygiène), ainsi que des conseils sur les pratiques appropriées en matière d’alimentation et d’hygiène du nourrisson afin de prévenir la malnutrition aiguë. La détection précoce des enfants nécessitant des services de nutrition sera renforcée et des aliments thérapeutiques prêts à l’emploi seront fournis pour traiter les enfants souffrant de malnutrition aiguë et sévère. Pour que l’UNICEF puisse atteindre les femmes et les enfants ciblés, des fonds supplémentaires sont nécessaires, car les fonds actuels ne couvrent le programme que jusqu’à la fin avril 2019.