AFRICA EXCLUSIVE
Défis et émergence d'un continent

GUINEE-SOLAIRE PV
Présentation du « rapport de soutien »

Les ministres de l’Energie et de l’Hydraulique_, Dr Cheick Taliby Sylla et celui de l’Investissement et du Partenariat Public et Privé, ont participé ce lundi 12 novembre 2018 aux travaux de présentation du rapport de soutien au développement du Solaire PV._

C’est dans la salle de conférence du département de l’Energie et de l’Hydraulique, que ce rapport de soutien au développement du Solaire PV en Guinée a été présenté. L’objectif était de restituer les travaux effectués sur le terrain afin de déterminer la puissance PV maximale raccordable dans les années à venir (à l’horizon 2021 et 2025) sur le réseau électrique de la Guinée sans nuire à la stabilité statique et dynamique du réseau.

Dans son intervention, le ministre de l’Energie et de l’Hydraulique est revenu sur les objectifs du gouvernement pour développer l’énergie solaire dans le pays « le gouvernement guinéen a plusieurs objectifs pour développer le système solaire dans notre pays. L’objectif premier, c’est d’avoir nous aussi notre centrale solaire. Depuis 2011, on parle de centrale solaire de Khoumaguély à Linssan », a-t-il indiqué.

Il est vrai que tous ceux qui sont venus ce sont intéressés à cette zone parce que c’est là seulement qu’il y a une ligne de transport d’énergie. D’où l’objectif à court terme de produire 80 MW. Mais la Guinée veut s’inscrire dans une dynamique qui évolue dans le temps. « Aujourd’hui, c’est toutes les villes de Guinée qui veulent avoir de l’électricité à l’image de la ligne interconnectée de l’EDG », a déclaré le ministre.

Au cours de cette rencontre, plusieurs présentations ont été faites par des experts de l’International Finance Corporation (IFC) du groupe Banque Mondiale. Il s’agit entre autres : analyse préliminaire des points d’insertion envisageables pour le raccordement de centrales PV / priorisation des postes et projets sur la base de critères techniques, modélisation du réseau de Guinée en 2021/2025 sur un logiciel de réseau électrique et déterminer la puissance PV maximale injectable par simulation de scénarios statiques et dynamiques afin de permettre à notre pays.

A rappeler que l’analyse IFC démontre la capacité théorique du réseau et ses sources de fourniture existantes à fournir un niveau suffisant de réserve pour gérer l’intermittence du solaire PV. La Banque Mondiale promet de lancer une étude détaillée visant à identifier ces mesures et investissements avec plus de précision, afin de proposer une stratégie d’intégration à moindre de cout accompagnant l’expansion du solaire en 2019