AFRICA EXCLUSIVE
Défis et émergence d'un continent

EGYPTE – POLITIQUE MONETAIRE
Réduction des taux directeurs

Le comité de la politique monétaire de la banque centrale d’ Egypte a décidé de réduire de 150 points de base ses taux directeurs portant ainsi son taux principal à 14,75%, et ses taux de dépôt au jour-le-jour à 14,25% et de prêt à 15,25%. Cette décision était attendue, bien que les marchés anticipaient seulement une baisse de 100 points de base, après la baisse sensible de l’inflation constatée ces deux derniers mois (8,7% en juillet) tandis que la croissance reste robuste (5,6% sur l’année fiscale 2018/19).

Selon les analystes de la scène économico-financière continentale, les interrogations se portent désormais sur la volonté ou non des autorités égyptiennes à poursuivre le mouvement de réduction. Pour les opérateurs économiques, ils restent encore trop élevés pour espérer un impact significatif sur le financement de l’économie, l’impact positif immédiat attendu étant en l’état sur le coût du service de la dette.

Notons par ailleurs que l’ Egypte a décidé d’apporter des transformations à son fonds de soutien aux exportations. Désormais, la politique de soutien aux exportations veut être plus ciblée. « L’avenir nous dira si le nouveau dispositif atteindra l’objectif qu’il se fixe : augmenter les exportations, réduire le déficit commercial de l’ Egypte », a commenté la Lettre Economique d’ Egypte, un support d’information et d’analyse alimenté par l’ambassade de France dans ce pays.

Et cette même lettre de remarquer : « Il n’en demeure pas moins que beaucoup de nos entreprises exportent depuis l’ Egypte, et attendent des autorités le paiement des arriérés auxquels elles ont droit au titre de l’ancien dispositif. Le meilleur encouragement pour exporter ne consiste-t-il pas d’abord, avant de mettre en place un nouveau dispositif de lui donner la crédibilité qu’il mérite en soldant équitablement les arriérés de l’ancien dispositif ? »