AFRICA EXCLUSIVE
Défis et émergence d'un continent

ECONOMIE SOUDANAISE
Plombée par la crise

 

L’économie soudanaise _ montre une nouvelle détérioration alors que les manifestations se poursuivent. La livre soudanaise a chuté à un niveau record sur le marché noir, se vendant 70 livres soudanaises au comptant pour des transactions en espèces. L’écart par rapport au taux officiel de 47,5 livres sterling a continué à s’élargir. _

Le prix du dollar pour les transactions par chèque s’élevait à 83 livres. En raison du manque de liquidité dans les banques, le dollar américain porte deux prix sur le marché noir. Le prix d’achat par chèque est généralement supérieur au prix au comptant.

La dépréciation subite de ces derniers jours a été provoquée par une pénurie de liquidités, les déposants craignant que les manifestations ne prennent de l’ampleur depuis la déclaration commune de l’opposition.

Début octobre, la banque centrale soudanaise a fortement dévalué la monnaie, passant de 29 livres sterling pour un dollar, à 47,5 livres. Elle a mis en place un nouveau système en vertu duquel un groupe de banques et de changeurs de monnaie fixe un taux journalier. Cependant, le taux officiel a à peine bougé, tandis que le taux du marché noir continue de se déprécier par rapport aux principales devises.

Le gouvernement refuse portant l’existence d’une crise économique. Il a récemment publié des chiffres affirmant que « l’inflation ralentissait réellement »… Le 10 février, l’agence de statistique publique a annoncé que l’inflation soudanaise avait chuté à 43,45% en janvier, contre 72,94% en décembre, sous l’effet principalement de la baisse des prix des produits alimentaires, des boissons et des transports. De tels chiffres ont été largement ridiculisés par les économistes soudanais et internationaux comme de la propagande d’État.

Les faiblesses économiques et financières sous-jacentes subsistent et des indicateurs tels que le manque de liquidités et la dépréciation de la monnaie suggèrent une inflation généralisée. Une prévision plus probable de l’inflation de janvier se situerait autour de 85%, ce qui suggère que les autorités soudanaises manipulent les statistiques.

Le dernier rapport du Fonds monétaire international (FMI) indiquait que les réserves internationales brutes du Soudan restaient très faibles en 2017, à seulement 1,1 milliard USD, soit l’équivalent d’un mois et demi de couverture des importations. Selon des sources locales, les réserves sont tombées à un nouveau creux au cours des trois derniers mois et s’épuisent rapidement, ce qui pose un grave risque de non-paiement et de défaillance des prêts. Dans le dernier rapport économique d’EXX Africa, nous avons estimé que le Soudan souffrait énormément de surendettement et posait le plus grand risque de non-viabilité de la dette