AFRICA EXCLUSIVE
Défis et émergence d'un continent

BANQUE ASIATIQUE D’INVESTISSEMENT DANS LES INFRASTRUCTURES
Entrée de 4 nouveaux pays africains

 

La Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures (AIIB), une institution financière multilatérale créée par la Chine en 2015, a annoncé, dans un communiqué publié le 20 décembre, que son conseil des gouverneurs a approuvé l’adhésion de quatre nouveaux pays africains, à savoir l’Algérie, le Ghana, la Libye, le Maroc et le Togo.

L’AIIB a été mise sur orbite par Pékin et ses alliés afin contrer la domination occidentale sur la gouvernance des différents bailleurs de fonds multilatéraux déjà existants. Elle compte déjà parmi ses membres, plusieurs pays africains, dont l’Egypte, l’Afrique du Sud, l’Ethiopie, le Kenya et le Soudan.

«En l’espace de trois ans, le nombre de membres de l’AIIB est passé de 57 fondateurs à 93 membres. Cela montre l’engagement de nos membres pour la coopération multilatérale et renforce le rôle d’AIIB dans la communauté financière internationale», a fait savoir le vice-président et secrétaire général de l’AIIB, Danny Alexander.

L’institution qui ne cesse de rappeler qu’elle a pour mission de financer des projets d’infrastructures de premier plan. Les Etats-Unis ont pour leur part invité les pays voulant faire partie de l’AIIB à « patienter jusqu’à ce que cette banque fasse preuve d’un respect des normes de gouvernance et des standards environnementaux et sociaux ». Mais cet appel n’a pas été suivi par de nombreux pays à travers le monde, dont plusieurs alliés de Washington.

Au sein du Groupe des 7 pays les plus industrialisés, seuls les Etats-Unis et le Japon ont préféré rester en-dehors de l’institution. Washington soupçonne Pékin de vouloir utiliser l’AIIB pour favoriser ses entreprises et servir ses propres intérêts géopolitiques. La Chine détient en effet, 30 % du capital de l’institution et 26 % des droits de vote, alors que l’Inde, deuxième actionnaire, vient très loin derrière avec 8,4 %. Mais pour les pays africains membres, l’AIIB constitue une opportunité de premier choix pour la concrétisation de leur ambition d’émergence.