AFRICA EXCLUSIVE
Défis et émergence d'un continent

AFRICA INVESTMENT FORUM
La BADEA et TDB s’associent

 

La signature d’un nouvel accord a ponctué le deuxième jour de l’Africa Investment Forum_(AIF), à Johannesburg, entérinant l’entrée de la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (BADEA) au capital de la Banque de commerce et de développement de l’Afrique de l’Est et australe (ex-PTA Bank, dite désormais par acronyme TDB pour Trade and Development Bank).

Sidi Ould Tah, directeur général de la BADEA, et Admassu Tadesse, président de la TDB, ont ratifié l’accord le 8 novembre 2018.

« C’est un jalon historique, qui nous fait passer à un niveau supérieur de partenariat stratégique », a déclaré le président de la TDB. « Nous sommes ravis d’accueillir la BADEA comme treizième actionnaire institutionnel », a-t-il ajouté, avant de préciser que la Banque de commerce et de développement de l’Afrique de l’Est et australe compte également 22 actionnaires souverains.

« Nous sommes heureux de nous associer à la belle réussite que constitue la TDB », a déclaré à son tour Sidi Ould Tah, qui s’est dit « impressionné par les réalisations du président Tadesse ». Le responsable de la BADEA a tenu à souligner la rapidité avec laquelle cet accord a été finalisé, quatre mois seulement après leur rencontre à Nairobi sur le sujet – preuve, a-t-il ajouté, de « l’accélération de notre partenariat ».

Admassu Tadesse s’est félicité de ce « signergizing », contraction, en anglais, des mots signature et synergie. Une formule qui résume les perspectives de collaboration renforcée entre ces deux banques multilatérales africaines.

Lancé à l’initiative de la Banque africaine de développement, l’Africa Investment Forum, qui s’est déroulé du 7 au 9 novembre 2018 à Johannesburg, en Afrique du Sud, se veut le nouveau marché de l’investissement en Afrique, multipartite et pluridisciplinaire, et à vocation transactionnelle. L’événement met en avant des projets sélectionnés pour leur capacité à transformer les économies africaines. Objectif : les faire progresser jusqu’à les rendre bancables, lever des capitaux et en accélérer le bouclage financier.