AFRICA EXCLUSIVE
Défis et émergence d'un continent

TOURISME
Le marché musulman s’exporte en Afrique

Un tourisme halal ! Le concept ne peut être réduit à un cliché, c’est un vrai coup marketing qui a plutôt réussi à ses promoteurs. Le Kenya et l’Afrique du Sud sont très actifs sur le marché du tourisme musulman, proposant en marge des attractions classiques des services adaptés à des touristes qui pratiquent au quotidien des rites religieux.

Il fallait être opportuniste et réagir vite. Ce sont les agences de voyage sud-africaines et kényanes qui ont été les plus promptes après que le président américain Donald Trump a décidé de limiter la possibilité pour les ressortissants de six pays musulmans de se rendre aux Etats-Unis. Cette mesure controversée a été une aubaine pour le tourisme africain. Des musulmans issus d’autres pays que ceux visés par l’administration américaine se tournent vers d’autres destinations.

Le touriste musulman a un pouvoir d’achat élevé et est exigeant. Pour un séjour en Afrique du sud, il n’est pas réticent pour visiter des sites à fort symbole historique comme Soweto. Il participe volontiers à un safari et aime découvrir les parcs nationaux. Au-delà de ce parcours classique les services sont adaptés aux clients. Ainsi, des pauses prières sont programmées en respectant les horaires définies par l’Islam. Les repas sont 100% halal. Au programme, la visite de sites en rapport avec la religion est très prisée, comme une mosquée construite à la fin du 18ème siècle.

Le marché de ce tourisme halal est composé de voyageurs issus des pays du Moyen-Orient et du Maghreb. Il pourrait aussi se développer en ciblant la région sub-saharienne. En 2015, le nombre de voyageurs musulmans à travers le monde a été de 115 millions. Leur destination préférée est l’Afrique du Nord. Seulement les attaques de djihadiste et l’instabilité politique font chuter les arrivées dans certains de ces pays. Ce qui n’empêche pas le Maroc d’être la destination touristique numéro un Afrique, ayant franchi le cap des 11 millions de visiteurs en 2017. En 216, le secteur a rapporté 6,3 milliards de dollars dans le royaume, soit une croissance de 5%.

Le tourisme marocain se tourne plus vers une clientèle occidentale, de par sa proximité avec l’Europe. L’Afrique du Sud et le Kenya se sont donc engouffrés dans le créneau du tourisme musulman d’autant que le marché est appelé à se développer dans les prochaines années. En 2020, le nombre de touristes musulmans est estimé à 168 millions.