AFRICA EXCLUSIVE
Défis et émergence d'un continent

TANZANIE
Le diamant et le tourisme soutiennent la croissance

Le bulletin économique sorti par la Banque de Tanzanie (BOT) sur le quatrième trimestre 2017 a montré une croissance de la production de diamants. Le tourisme se relance avec une augmentation des arrivées tandis que la production d’or baisse.

Au quatrième trimestre 2017, la Tanzanie a produit 79 902,7 carats de diamants. La production a plus que doublé par rapport à la même période en 2016 qui était de 31 899,7 carats. Cette hausse s’explique principalement par une augmentation des volumes. La filière diamant a brassé 18,5 millions USD. La valeur a donc aussi plus que doublé en un an, car la production valait 8,2 millions USD durant le quatrième trimestre 2016.

Les grandes sociétés minières ont toutefois connu un recul de leurs chiffres d’affaires fin 2017, y compris l’or et le diamant. La valeur de la production sur ces deux produits n’était que de 399,4 millions USD au dernier trimestre contre 445,8 millions USD sur la même période en 2016. La suspension des activités de Bulyanhulu Mining Company n’a pas été sans impact sur la production d’or qui tombait à 11 243,4 kg contre de 12 025,5 kg au dernier trimestre 2016.

Le tourisme tanzanien à la relance 

Les efforts des autorités tanzaniennes dans le développement des infrastructures touristiques et le marketing sur la destination sont récompensés. Il y a 10 000 touristes de plus sur un trimestre, si l’on prend en compte les nombre d’arrivées qui est passé de 119 589 au quatrième trimestre 2016 à 130 587 sur la même période en 2017. La Tanzanie s’attaque aux marchés traditionnels et non traditionnels. Les allemands et les britanniques sont ses principales cibles, représentant 49,4% des arrivées.

L’amélioration des services et des infrastructures d’accueil a contribué à améliorer l’image de la destination. Apprécier la beauté de la nature dans le confort et la sécurité, c’est un argument qui attire les voyageurs. Le secteur a investi pour augmenter et améliorer les infrastructures d’accueil. Le gouvernement s’attèle au marketing pays et se lance dans des projets structurants comme le terminal II de l’aéroport international de Karume,