AFRICA EXCLUSIVE
Défis et émergence d'un continent

SOCIETE AFRICA DATA CENTRE
L’Afrique australe à l’heure du Cloud

La demande en stockage de données et de solution Cloud augmente sensiblement en Afrique. La société Africa Data Centre (SADC) est désormais en mesure de répondre aux besoins des nouveaux clients dans la région Afrique australe. Elle vient de renforcer sensiblement les capacités de ces Data centres basés à Johannesburg et au Cap.

La SADC Johannesburg et la SADC Cape Town offriront aux fournisseurs de services de cloud computing, aux opérateurs et aux entreprises, des services supplémentaires de stockage et de colocation pour répondre à la demande croissante de services basés sur le cloud en Afrique australe.

Filiale du groupe Liquid Telecom, l’opérateur spécialisé dans la fourniture de connectivité Internet par fibre optique, la SADC a étendu sa centrale de données sur un espace sécurisé de 3000m2 à Johannesburg. Ces serveurs de données sont desservis par une puissance totale de 7 MW. Le Data Centre de Cape Town dispose de 2000m2 d’espace et est desservis par 5MW.

Selon Nic Rudnick, CEO de Liquid Telecom « les entreprises africaines ont besoin de plus d’espace libre pour leurs données et applications critiques». Les solutions basées sur le cloud se sont démocratisées. Liquid Telecom se positionne alors comme un fournisseur de data centres performants pour permettre « aux fournisseurs de services cloud de venir et construire leur avenir numérique en Afrique ».

Les investissements continus de Liquid Telecom dans les centres de données en Afrique sont motivés par la volonté de satisfaire les grandes entreprises qui ont besoin de stocker et de gérer une quantité importante de données. 100 millions de dollars ont été investis pour l’extension des capacités des deux data centres sud-africains.

Parmi la centaine de clients qui utilisent déjà les services de SADC Johannesburg et la SADC Cape Town, on compte évidemment des fournisseurs de services de cloud computing mais aussi des FAI et des ingénieurs télécoms basés en Afrique du Sud, dans la région ou même sur un autre continent.

D’autres extensions de capacités sont prévues pour les centres de données SADC Johannesburg et SADC Cape Town. L’objectif est d’augmenter l’espace dans les installations cinq fois au cours des cinq prochaines années. Il s’agit de satisfaire la forte demande des entreprises et prestataires qui ont besoin de capacités supplémentaires de stockage et de colocation en Afrique australe.

SADC Johannesburg et SADC Cape Town sont certifiées ISO 27001, conformément aux normes internationales de gestion de la sécurité de l’information. Les installations du centre de données sont également conformes à la norme PCI DSS, la norme mondiale de sécurité de l’information établie par le Conseil des normes de sécurité de l’industrie des cartes de paiement pour aider à contrôler et à minimiser les risques de fraude ou de compromission d’informations sensibles.