AFRICA EXCLUSIVE
Défis et émergence d'un continent

SEYCHELLES
La CBS débloque 10 millions de dollars

La Banque centrale des Seychelles (CBS) a décidé de puiser 10 millions de dollars dans ses réserves en devises, estimées à 591 millions de dollars, pour éviter d’enrayer la machine économique fortement secouée par les premiers impacts du Covid-19. Le gouverneur de la banque, Caroline Abel, a déclaré ce mercredi que la décision avait été prise en raison d’une réduction notable des entrées de devises.

Le volume de devises sur le marché ne suffit plus à satisfaire les besoins des opérateurs économiques de l’archipel des Seychelles. « Une situation qui a donné lieu à des cas où la demande de devises n’a pas pleinement atteint la semaine dernière », a laissé entendre Caroline Abel qui a ajouté que « pratiquement aucun échange de devises » a été réalisé ces derniers temps, ce qui a motivé la décision du conseil d’administration de la Banque centrale.

Les réserves de la CBS ont été accumulées sur une période de 12 ans et les autorités seychelloises sont très strictes quant à la possibilité de les utiliser. Aussi, le patron de la banque des banques a indiqué que les 10 millions de dollars seront allouées dans le seul objectif d’assurer l’approvisionnement du pays en produits de base, à savoir le carburant, la nourriture et les médicaments.

Abel a insisté sur le fait qu’à ce moment crucial, il est important de ne pas dépenser inutilement et de revoir la manière de consommer. « Réduisez-le à un niveau qui correspond à l’échange contre des devises car nous ne pouvons pas maintenir un niveau de demande similaire à celui de 2019. », a-t-il lancé avant de soutenir qu’avec la réduction significative des revenus, le pays ne sera pas en mesure d’encaisser en moyenne jusqu’à 3 millions de dollars par jour, comme par le passé.

Selon la patronne de la Banque centrale des Seychelles, « un effort et une responsabilité collectifs sont nécessaires pour maintenir le pays et son économie à flot ». L’institution qu’elle dirige depuis 2012 n’écarte pas d’ailleurs une augmentation à court terme des prix des produits de consommation courante mais estime que cette inflation n’aura pas d’impact sensible sur le pouvoir d’achat de la population.