AFRICA EXCLUSIVE
Défis et émergence d'un continent

SENEGAL
Une forte hausse du salaire minimum 

Des salaires qui n’ont pas évolué depuis plus de vingt ans, voilà une des causes de la paupérisation de la population sénégalaise. La lutte contre la pauvreté est devenue inefficace et le pays fait du sur place depuis les années 2000. Cela va changer. A partir du 01 juin, une hausse du salaire minimum sera appliquée avec un plan qui prévoit plusieurs augmentations d’ici fin 2019.

Les négociations ont été âpres mais l’accord a été trouvé entre le patronat et les syndicats sénégalais. « Le SMIG mensuel qui était depuis 1996 fixé à 36 243 francs CFA (55,25 euros) passe à compter du 1er juin 2018 à 52 500 francs CFA (80,03 euros), à compter du 1er janvier 2019, à 55 000 francs CFA (83,85 euros) et enfin à compter du 1er décembre 2019, à 58 900 francs CFA (89,79 euros) », annonce le ministère du Travail.

Le Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) sera augmenté de 44,8 % au 1er juin 2018 et passera de 209 FCFA à 302,89 FCFA par heure. Cette revalorisation concerne aussi le Salaire minimum agricole garanti (SMAG). « Le SMAG passera à 213,92 francs CFA à compter du 1er juin 2018 alors qu’il était à 182,96 FCFA jusque-là », précise le ministère sénégalais du Travail.

Cette hausse n’est pas satisfaisante pour tout le monde, vu l’inflation qui s’est additionnée en 20 ans. Le patronat est prêt à faire plus d’efforts mais de manière progressive. Le SMIG horaire sera augmenté à 317,313 francs CFA à compter du 1er janvier 2019 puis à 333,808 francs CFA à compter du 1er décembre 2019.

Cette augmentation de salaires est un accord historique entre les partenaires sociaux. Le SMIG horaire et le SMAG ont été augmentés pour la dernière fois en 1996. Les partenaires et bailleurs de fonds internationaux ont rappelé à l’ordre le Sénégal. L’OIT a interpellé Dakar sur « une situation qui accentue l’appauvrissement des travailleurs avec une incidence de la pauvreté de 46,7 % en 2011 ».

La Banque mondiale souligne le fait que l’extrême pauvreté ne recule pas depuis 2001 et la réduction du taux de pauvreté fait du sur place. Elle relativise l’impact de cette augmentation du salaire minimum vu que les 90% emplois dans le pays sont dans le secteur informel. Le développement de l’agriculture donne toutefois de l’espoir pour que le SMAG soit respecté dans le milieu rural.