AFRICA EXCLUSIVE
Défis et émergence d'un continent

RUSSIE – BURUNDI
MoyOffis équipera l’Etat burundais

Lors du Sommet et du Forum économique Russie-Afrique 2019 de Sotchi  (23 au 24 octobre 2019), Dmitry Komissarov, le membre du Conseil d’administration de l’Association de développeurs de produits logiciels « Otetchestvenny soft » (logiciels russes) et le directeur général de la société « Novie Oblatchnie Tekhnologii » (Nouvelles technologies cloud) ont annoncé la livraison de solutions logicielles russes MoyOffis à la République de Burundi. L’intégration des solutions sera réalisée par la société informatique burundaise INGO Tech.

« Nous avons soigneusement analysé les programmes de bureautique existants et avons décidé d’acquérir 300 licences de la suite bureautique russe MyOffice, qui est en mesure de satisfaire nos besoins. C’est un produit moderne, fonctionnel et doté d’un haut niveau de sécurité. Il permet de déployer une infrastructure cloud sécurisée pour le travail avec des documents et des courriers électroniques dans le cadre des systèmes informatiques existants du gouvernement du Burundi », a déclaré Willy Nyamitwe, Conseiller principal du Président de la République du Burundi.

La livraison annoncée prévoit le transfert de 300 licences « MoyOffis Professionalny »  au gouvernement du Burundi et la création d’un cloud privé pour le travail commun avec des documents et des fichiers dans le cadre du système informatique de l’État. Pour le développeur de logiciels russe, MoyOffis, il s’agit d’un premier contrat international, lequel en est maintenant au stade de la mise en œuvre.

« Selon des estimations indépendantes d’agences d’analyse, le nombre d’ordinateurs personnels en Afrique dépassera les 200 millions d’ici 2025. Le gouvernement de la République du Burundi suit la tendance à la numérisation et devient le premier pays africain à franchir l’étape de la mise en œuvre d’un logiciel bureautique sécurisé. Le contrat confirme non seulement le vif intérêt que suscite le produit russe MoyOffis sur le marché international, mais pose également les bases d’une coopération en matière d’initiatives dans le domaine de la formation », a déclaré Dmitri Komissarov, PDG de «Novie Oblatchnie Tekhnologii».