AFRICA EXCLUSIVE
Défis et émergence d'un continent

RLSF – ENERGIE RENOUVELABLE
Un outil financier pour réussir les projets

Le développement du secteur de l’énergie renouvelable en Afrique vient de se doter d’un outil important. L’Allemagne a lancé une Facilité régionale de soutien de la liquidité (RLSF) pour soutenir les projets. Cette garantie financière va faciliter la relation des producteurs d’électricité indépendants avec leur banque.

 

L’instrument financier a été annoncé dans un contexte plus que pertinent : le Sommet African Investment Exchange, Power and Renewables. La Banque allemande de développement (KfW), et l’Agence pour l’assurance du commerce en Afrique (ACA) s’associe pour proposer une solution viable aux producteurs d’électricité indépendants qui opèrent en Afrique et qui ont du mal à fournir aux prêteurs une garantie de liquidité. Sont concernés les projets d’électricité verte de tailles réduite et moyenne (jusqu’à 50 MW) en Afrique subsaharienne. Les entreprises bénéficieront d’un outil pour réussirle bouclage financier et répondre aux exigences des prêteurs. Elles disposent des liquidités nécessaires en cas de retard de paiement de leur client qui est souvent une entité publique.

Un soutien de l’Allemagne pour doter l’Afrique d’énergie renouvelable

La KFW apportera un fonds de 32,9 millions d’euros qui sont fournis par le ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement. « La facilité de soutien de liquidité régionale vise à relever un défi clé en matière de financement de projets d’énergie renouvelable et d’atténuation des risques pour les investissements dans le secteur privé, a déclaré Günther Nooke, représentant personnel de la chancelière allemande pour l’Afrique. Nous sommes heureux d’assurer le financement de cet instrument innovant qui témoigne de l’engagement de l’Allemagne à soutenir les objectifs de l’Initiative de l’Afrique sur les énergies renouvelables ».

La facilité fournira une garantie en espèces immédiate étayée par la caution d’une banque commerciale qui ouvrira une lettre de crédit standby au bénéfice des producteurs d’électricité indépendants. Le montant consenti permettra à l’entreprise d’opérer et d’honorer la dette pendant une période pouvant aller jusqu’à 6 mois. Selon le directeur de la KfW pour l’Afrique australe et les fonds régionaux, il s’agit d’un instrument innovant. « La RLSF est un concept solide axé sur le marché qui va dans le sens de la stratégie de la KfW, visant à soutenir et à exploiter les ressources des partenaires locaux et du secteur privé », explique Thomas Duve.

Une garantie pour couvrir l’ensemble des risques financiers

La facilité, associée à la gamme traditionnelle de produits d’assurance comme la décision arbitrale de l’ACA sur la couverture de défaut, dote l’assureur de la capacité de couvrir l’ensemble des risques financiers et politiques auxquels font face les investisseurs dans le cadre de tels projets. « Contrairement à certaines solutions alternatives au problème de la liquidité, la garantie de l’ACA fournie à travers la RLSF n’exigera pas une contre-garantie de la part du ministère des Finances compétent, explique John Lentaigne, directeur de la souscription. Nous sommes donc convaincus de l’utilité de cet outil pour les projets que nous comptons soutenir ».

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) prévoit une croissance de 73 % (24,4 GW) de la capacité de l’Afrique subsaharienne en énergies renouvelables d’ici 2022, à une période où des marchés émergents attirent des investissements record dans le secteur. Les projets de taille moyenne sont considérés comme une solution potentielle au déficit énergétique dont souffre l’Afrique, car ils sont plus faciles à mettre en œuvre et capables de répondre aux besoins en énergie à la source. De tels projets butent sur la difficulté d’accéder aux types de garanties nécessaires pour atteindre le bouclage financier. Un problème majeur qui peut désormais être résolu par la RLSF.