AFRICA EXCLUSIVE
Défis et émergence d'un continent

RÉSERVES HALIEUTIQUES-AFRIQUE DE L’OUEST
Greenpeace dénonce l’industrie de la farine et huile de poisson

 

Greenpeace _ demande aux gouvernements des pays d’Afrique de l’Ouest de mettre fin à l’industrie de la farine et de l’huile de poisson. Aux yeux de cette organisation écologique qui a produit un rapport dans ce sens, cette industrie est une véritable menace pour les réserves halieutiques de la région, essentielles à la sécurité alimentaire et aux moyens de subsistance des populations locales.

Le rapport de Greenpeace intitulé Poisson détourné – La sécurité alimentaire menacée par l’industrie de la farine et de l’huile de poisson en Afrique de l’Ouest, soulève de sérieuses inquiétudes quant à l’essor de cette industrie en Mauritanie, au Sénégal et en Gambie. Les trois espèces de poissons utilisées pour la fabrication d’huile et de farine, indispensables à la sécurité alimentaire de ces pays, sont déjà surexploitées.

“Des centaines de milliers de tonnes de poissons sont transformées en farine ou en huile pour l’exportation — au détriment d’environ 40 millions d’Africaines et d’Africains. Les gouvernements des pays d’Afrique de l’Ouest doivent protéger les stocks halieutiques de la région. Leur priorité doit être de défendre le droit à la sécurité alimentaire de leurs citoyens, en réduisant rapidement les volumes de poisson destinés à la production d’huile et de farine”, a ainsi déclaré Ibrahima Cissé, responsable de la campagne Océans de Greenpeace Afrique.

L’organisation a recensé 50 usines de transformation de farine et d’huile de poisson dans la région, dont 40 étaient en activité en mars 2019. La majorité de la production de ces usines est destinée à l’exportation, principalement dans des pays d’Asie et de l’Union européenne. En Mauritanie, ces exportations ont doublé entre 2014 et 2018, faisant de ce pays le principal exportateur de farine et d’huile de poisson de la région. En 2017, on estime que près de 550 000 tonnes de poissons pélagiques ont été pêchées pour approvisionner les usines de transformation mauritaniennes.

L’industrie de la farine et de l’huile de poisson, en plein essor, est ainsi vue comme une menace non seulement pour les stocks de poissons régionaux, mais affecte également les moyens de subsistance et la sécurité alimentaire des populations locales. Environ 80 % des poissons débarqués au Sénégal proviennent du secteur artisanal, et le poisson couvre environ 70 % des besoins en protéines animales de la population (plus de 50 % en Gambie).

Greenpeace Afrique demande aux gouvernements des pays d’Afrique de l’Ouest et aux entreprises de faire face à leurs responsabilités en protégeant les précieuses réserves halieutiques de la région, et d’accorder la priorité au respect des droits fondamentaux, à la sécurité alimentaire et à une vie décente pour les pêcheurs artisans et les femmes transformatrices.