AFRICA EXCLUSIVE
Défis et émergence d'un continent

SERGE THIERRY MICKOTO

Patron du FGIS

Expert-comptable de formation, Serge Thierry Mickoto débute sa carrière dans l’audit et le conseil chez Ernst &Young. En 1994, il rejoint le groupe Paribas qui deviendra quelques années plus tard BGFI Bank.

Il occupe successivement les fonctions de Directeur Administratif et Financier, puis directeur de la filiale équato-guinéenne du groupe. Il a parallèlement été  Directeur Général Adjoint de l’entité BGFI Participations.

Serge Thierry Mickoto est nommé en 2012 Administrateur Directeur Général du Fonds Gabonais d’Investissements Stratégiques (FGIS). Il a ainsi la lourde responsabilité de porter dignement les objectifs du FGIS dans le respect des valeurs et conformément à la vision stratégique d’un Gabon émergent.

Pour rappel, le Fonds Gabonais d’Investissements Stratégiques (FGIS) a été mis en place il y a six ans afin d’aider le Gabon à développer de nouvelles filières capables de générer suffisamment de revenus pour se substituer à ceux tirés de la production de pétrole.

Le FGIS entend ainsi rentabiliser les ressources que l’État gabonais verse annuellement au Fonds Souverain de la République Gabonaise (FSRG), à travers des investissements stratégiques. Le Fonds représente le levier opérationnel pour la préservation des richesses pour les générations futures.

Parmi les secteurs auxquels Serge Thierry Mickoto et la FGIS accordent une importance de premier ordre, on peut citer l’énergie.  Dernièrement, l’Administrateur directeur général du FGIS  a  déclaré que  les projets d’aménagements hydroélectriques au Gabon s’inscrivent dans le cadre des investissements qui visent avant tout l’amélioration des conditions de vie sociale des Gabonais.

«Dans le cadre de notre politique d’investissements, nous avons le souci d’agir en adéquation avec le Plan de relance de l’Economie gabonaise, pour participer au développement d’une Energie permettant le bien-être des gabonais et le développement industriel de notre pays», a-t-il affirmé.

L’ancien de Ernst &Young qui ne manque jamais, par ailleurs, de souligner que contribuer au développement économique du Gabon passe par une gestion active du portefeuille des participations de l’Etat, y compris des cessions ou regroupements de participations existantes de l’Etat, ou des prises de participation stables dans le capital d’entreprises présentant un caractère stratégique.