AFRICA EXCLUSIVE
Défis et émergence d'un continent

PÉTROLE NIGÉRIEN
La CNPC avance ses pions

 

La firme chinoise CNPC, partenaire de l’Etat nigérien dans le cadre du projet de partage de production relatif au bloc Agadem, renforce sa position. L’objectif est de passer de 20 000 barils/jour à environ 110 000 d’ici 2021.

Selon le gouvernement nigérien, pour mieux rentabiliser ses gisements de pétrole, décision a été prise le 13 juin dernier d’adopter un projet de décret portant approbation de l’avenant n° 4 au Contrat de partage de production relatif au bloc Agadem, signé le 2 juin 2008. Un bloc exploité par la CNPC, une entreprise chinoise. L’objectif annoncé est d’augmenter à la fois la production qui passera de 20 000 barils/jour à environ 110 000 d’ici 2021, et la manne financière qui va avec.

Selon Ecofin, le projet d’avenant permettra d’accélérer les travaux de développement du bloc Agadem destiné à l’export ainsi que les travaux de construction d’un système de transport des hydrocarbures par canalisation.

Outre l’accélération desdits travaux, il sera aussi question, à travers cet avenant, de stabiliser le cadre fiscal applicable aux opérations pétrolières et de transport afin de permettre au contractant d’avoir une visibilité claire sur les projets d’investissement, et acter certains engagements financiers et fiscaux du contractant.

Egalement, afin de rendre ces gisements économiquement rentables, il a été convenu de regrouper ceux actuellement compris dans l’Autorisation exclusive d’exploitation (AEE) raffinerie, l’AEE II et dans la demande de l’AEE III au sein d’une seule AEE dénommée « la Grande AEE » pour les développer concomitamment.

Ces gisements sont exploités par la CNPC qui a investi, selon Foumakoya Gado, ministre du Pétrole, des sommes considérables à partir de 2007 dans la recherche du pétrole au Niger. Notamment, 4 milliards de dollars sur le bloc Agadem, à ce jour.