AFRICA EXCLUSIVE
Défis et émergence d'un continent

IDE EN AFRIQUE
Le Top 15 selon Ernst & Young

 

Pour l’ensemble de l’Afrique, le nombre de projets d’Investissements Directs Etrangers (IDE) a augmenté de 6% en 2017, pour atteindre 718 projets. Cette hausse résulte surtout de la reprise économique observée à travers le continent dans un contexte de faiblesse des monnaies locales qui a diminué les coûts d’investissement.

Comme il fallait s’y attendre, l’Afrique du Sud a attiré le plus de projets d’IDE en 2017. Selon l’édition 2018 de l’étude « Attractiveness Program Africa » publiée le 29 octobre par le cabinet d’audit Ernst & Young, la nation arc-en-ciel a attiré 96 projets, soit 13% du total des projets enregistrés à l’échelle continentale.

Ce nombre est cependant en recul de 31% par rapport à 2016, en raison notamment de la faiblesse de la croissance économique (1,3% en 2017), des cours bas des matières premières et des incertitudes politiques qui ont plané sur le pays le plus industrialisé du continent.

Le Maroc est au même rang que l’Afrique du Sud en captant 15 projets d’IDE supplémentaires par rapport à 2016. Ce pays d’Afrique du Nord tire essentiellement profit du boom des investissements dans le secteur de l’industrie automobile.

Vient ensuite le Kenya (67 projets en 2017 contre 40 en 2016). La première économie d’Afrique de l’Est gagne trois rangs dans le classement, comparativement à 2016. La hausse enregistrée provient essentiellement des investissements croissants dans le secteur des technologies dans ce pays surnommé « Silicon Savannah ».

Avec 64 projets d’IDE recensés durant l’année écoulée (+25%), le Nigeria arrive en 4ème position. Ce pays d’Afrique de l’Ouest, qui a gagné 24 rangs dans l’indice Ease of Doing Business, est devenu une destination de choix pour les investisseurs chinois, britanniques et sud-africains.

L’Ethiopie occupe la 5ème place dans le Top 15 des pays africains ayant attiré le plus de projets d’IDE durant l’année écoulée. La deuxième économie d’Afrique de l’Est a gagné 7 rangs par rapport au dernier classement, et attiré 62 projets soit une progression de 288%, comparativement à 2016.

Le Zimbabwe figure, par ailleurs, parmi les pays ayant enregistré une progression impressionnante du nombre de projets d’IDE captés en 2017. Ce pays a attiré 13 projets l’an passé, soit presque le double du nombre enregistré un an plutôt, grâce notamment à la modification de la loi d’indigénisation et d’émancipation économique qui imposait une majorité zimbabwéenne dans les entreprises.