AFRICA EXCLUSIVE
Défis et émergence d'un continent

INVESTISSEMENT D’IMPACT
I&P poursuit son « africanisation »

 

Groupe pionner de l’investissement d’impact en Afrique, I&P s’illustre par une africanisation croissante de ses activités et de ses équipes opérant sur 7 sites en Afrique (Burkina Faso, Cameroun, Ghana, Madagascar, Niger, Sénégal, Côte d’Ivoire).

Ainsi, à travers IPDEV 2, I&P poursuit son programme d’investissement : former, sponsoriser et accompagner dix fonds d’impact dans dix pays africains pour à terme soutenir 500 entreprises. À ce jour cinq fonds sont déjà opérationnels : Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Madagascar, Niger et Sénégal. Ensemble, ils ont déjà financé 27 PME, en fonds propres et en capital d’amorçage, et ont levé 15 millions d’euros auprès d’investisseurs africains et internationaux.

Avec la récente clôture de son deuxième et dernier closing, IPDEV 2 monte son capital à 21 millions d’euros et devrait lancer un prochain fonds d’impact au Mali et un autre en Afrique de l’Est. En tout, Investisseurs & Partenaires prévoit la création de 5 nouveaux fonds d’impact en Afrique subsaharienne dans les 5 prochaines années. A travers ce mécanisme innovant, IPDEV 2 contribue à promouvoir l’émergence de nouveaux champions de l’entrepreneuriat africain et à construire une communauté de professionnels de l’investissement à travers le continent.

« Cette africanisation va se poursuivre et s’intensifier ces prochaines années, déclare Jean-Michel Severino, président d’I&P. Aujourd’hui, nous déclinons déjà une approche décentralisée et transversale entre nos différents bureaux sur le continent. Cela nous permet d’être mieux connectés à l’écosystème des PME africaines et d’identifier les véritables relais de croissance du continent. La notion de siège à Paris est appelée à disparaître progressivement. Ce sont nos bureaux en Afrique qui vont voir leurs effectifs augmenter et qui incarneront le dynamisme d’I&P. »

Début octobre, I&P annonçait que son fonds baptisé IPAE 2 avait réalisé ses premiers investissements dans trois entreprises (Afribon, African Management Initiative, CoinAfrique). Opérant dans des secteurs d’activité très divers, ces entreprises se distinguent par le fait que chacune d’elle, dès le début de son parcours, a choisi de s’implanter dans plusieurs pays d’Afrique, et par la forte composante technologique de deux d’entre elles.