AFRICA EXCLUSIVE
Défis et émergence d'un continent

GABON – CRÉATION D’UNE SARL
Procédures facilitées

Le ministère de la Promotion des investissements, des Partenariats public-privé, chargé de l’Amélioration du climat des affaires au Gabon # a annoncé, il y a deux semaines, la simplification des procédures pour la création d’une Société à responsabilité limitée (SARL).

« Dans le cadre de la mise en œuvre de la feuille de route des réformes Doing Business 2020-2021 adoptée en Conseil interministériel le 5 février 2020, le président de la République vient de promulguer ce 21 avril 2020 la loi n° 028/2018 portant modification de certaines dispositions de la loi n° 13/2016 du 05 septembre 2016 relative à la simplification de la création des sociétés à responsabilité limitée en République gabonaise », a fait savoir le ministère actuellement dirigé par Carmen Ndaot. Classé 160e sur 190 pays dans le dernier classement Doing Business de la Banque mondiale, le Gabon multiplie ces derniers temps les mesures afin d’améliorer son environnement des affaires en le rendant plus attractif.

« Cette libéralisation du capital minimum s’inscrit dans la dynamique des réformes engagées par le gouvernement pour améliorer considérablement l’environnement des affaires du Gabon. Ces nouvelles dispositions offrent un avantage en matière de promotion de l’entrepreneuriat des jeunes et des femmes, qui n’ont pas souvent la capacité de disposer d’un capital minimum pour démarrer une activité », soutient le ministère.

Auparavant, pour monter une entreprise de type SARL au Gabon, tout promoteur était contraint de passer par un notaire pour la rédaction des statuts. Il lui était également exigé un capital minimum de 100 000 francs.

A noter que le conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a approuvé un décaissement de 108 millions de DTS (soit environ 147 millions de dollars) pour le Gabon au titre de l’instrument de financement rapide (IFR). Une partie de cette enveloppe est prévue pour soutenir le secteur privé. La pandémie de COVID-19 et la chute simultanée des prix du pétrole risquant de causer de grandes difficultés pour l’économie.