AFRICA EXCLUSIVE
Défis et émergence d'un continent

SOUTIEN AU NOUVEAU FONDS DU FIDA
Idris et Sabrina Elba en action

L’acteur, cinéaste et militant humanitaire Idris Elba et l’actrice, mannequin et militante Sabrina Dhowre Elba, en leur qualité d’ambassadeurs de bonne volonté des Nations Unies, sont aujourd’hui au devant de la scène afin de mettre sur orbite le nouveau fonds mondial de secours du Fonds international de développement agricole (FIDA) face à l’épidémie de coronavirus.

Doté d’un capital de lancement de 40 millions d’USD provenant du FIDA, le Fonds vise à limiter l’impact de la crise provoquée par la pandémie de COVID-19 sur les petits agriculteurs et producteurs ruraux, en mobilisant au moins 200 millions d’USD supplémentaires auprès des États, de fondations et du secteur privé.

Le Mécanisme a pour objet d’aider ces populations à continuer leurs activités agricoles et commerciales, et d’assurer leur accès aux services financiers et aux marchés, dans un contexte de confinement et de restriction des déplacements. Sa création s’inscrit dans le droit fil du message adressé par le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, à l’ensemble du système des Nations Unies, demandant de prendre de toute urgence des mesures coordonnées pour mettre un terme à la pandémie et limiter ses répercussions économiques et sociales.

Gilbert F. Houngbo, Président du FIDA, a déclaré que « les pays en développement sont déjà particulièrement vulnérables à la crise sanitaire provoquée par cette pandémie. Si nous n’agissons pas tout de suite et nous n’agissons pas rapidement, s’ajoutera également à cela une crise alimentaire de grande ampleur. La crise provoquée par la COVID-19 confirme les leçons que nous avons tirées de celle liée au virus Ebola, au SRAS ou à d’autres maladies ».

Idris et Sabrina Elba, pour leur part, se sont déjà rendus en Sierra Leone pour observer la mise en œuvre de projets soutenus par le Fonds dans des zones rurales. Au cours de leur visite, ils ont rencontré des agriculteurs et des représentants de communautés rurales qui avaient bénéficié de l’aide du FIDA pour combattre l’épidémie de maladie à virus Ebola. Les banques d’agriculteurs soutenues par le Fonds avaient alors été les seuls prestataires de services bancaires et financiers dans les zones touchées. Leur aide avait contribué à relancer l’économie rurale pour permettre aux agriculteurs de nourrir leurs familles et les communautés locales.