AFRICA EXCLUSIVE
Défis et émergence d'un continent

ENERGIE
L’Ethiopie prend l’option nucléaire

La visite du ministre des Affaires étrangères de la Russie, Sergueï Lavrov, en Ethiopie attire toutes les attentions. Après 120 ans de relations diplomatiques, les deux pays entament une coopération d’un genre nouveau : l’énergie nucléaire. Dans son ambition de devenir le premier producteur d’électricité en Afrique, l’Ethiopie a comme projet de produire jusqu’à 1200 MW par une centrale nucléaire.

Pour marquer le 120 ème anniversaire de la relation entre la Russie et l’Ethiopie, des conférences scientifiques, des manifestations culturelles et des expositions de documents d’archives sont organisées dans les deux capitales. Les deux parties discutent aussi des moyens de renforcer la coopération bilatérale. Lors de la visite du chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, les discussions porteront notamment sur l’économie, le commerce et les investissements.

Un sujet tient par contre les observateurs en haleine : la coopération dans le domaine nucléaire entre les deux pays. Des accords de coopération ont été signés entre Addis-Abeba et la compagnie nucléaire russe Rosatom, portant sur l’utilisation pacifique du nucléaire. Les projets envisagés sont la production d’énergie nucléaire pour fournir de l’électricité et l’utilisation de la technologie nucléaire dans l’agriculture et la médecine.

Avec l’aide de la Russie, L’Ethiopie pense ouvrir un centre de recherche nucléaire consacrée aux recherches fondamentales et appliquées. Le pays espère ainsi maitriser la science et la technologie nucléaires, se basant sur un réacteur de fabrication russe. Ce qui n’est pas sans inquiéter les pays voisins. Les pays occidentaux et le Moyen-Orient ne trouvent pas non  plus d’un bon œil le projet nucléaire éthiopien. Ils craignent l’instabilité politique chronique dans le pays et le risque de voir les centrales tomber dans les mains d’un groupe terroriste.

Une expansion énergétique de 2 à 37 GW

L’Ethiopian Electric Power Corporation considère l’énergie nucléaire dans la perspective d’élargir les options dans la fourniture d’électricité. Cette option est devenue viable depuis que des gites d’uraniums ont été découvertes dans la région d’Oromia. Dans le cadre du plan directeur d’expansion énergétique, le gouvernement éthiopien envisage d’installer des centrales nucléaires pour produire entre 300 et 1200 MW.

Lancé en 2012, le plan d’expansion énergétique a comme objectif d’avoir une puissance installée de 37 GW d’ici à 2037. La capacité actuelle du pays est de 2270 MW. L’Ethiopie mise avant tout sur l’énergie renouvelable. 80% des capacités seront issues des barrages électriques. Le grand barrage de la Renaissance est un grand pas vers cette méga-production d’électricité mais est encore loin d’atteindre les objectifs.

Pour les autorités éthiopiennes, les investissements dans le secteur énergétique sont les moins risqués et les plus durables. Elles sont confiantes quant à l’appui des banques. Le programme pour l’expansion énergétique est estimé à 156 milliards de dollars, des investissements qui s’étalent sur une durée de 25 ans.