AFRICA EXCLUSIVE
Défis et émergence d'un continent

EGYPTE
Une reprise difficile dans le secteur tourisme

Les années 2010 auront été un parcours de combattant pour les opérateurs touristiques égyptiens. Elles avaient pourtant très bien commencé avec 14,8 millions de visiteurs. Malheureusement, la crise politique a dégradé la situation puis un terrible crash d’un avion a mis le secteur à genou. En 2017, c’est le redécollage, une tendance qui se confirme en ce début d’année 2018.

8,3 millions de touristes en 2017. L’Egypte peut se frotter les mains, car la reprise est effective. En 2016, le tourisme égyptien tombaient bien bas, rien que 5,3 millions de visiteurs. Ce qui est très peu pour le pays des pharaons habitué à des flux extraordinaires de touristes. L’année de référence est 2010 et ses 14,87 millions de visiteurs. Or, dès 2011, la situation se dégrade suite à un changement politique dans un contexte de crise. En 2015, le nombre d’arrivées étaient encore de 9 millions, mais la situation allait s’empirer suite au crash d’un avion qui avait des touristes russes à son bord.

Les autorités touristiques égyptiennes n’ont jamais baissé les bras et affichent un objectif de 12 millions d’arrivées dans les années à venir. Ce n’est pas des actions marketing de grande envergure qui ont été le déclic mais tout simplement la stabilité politique. Le président Abdel Fattah al-Sissi a réussi à pacifier le pays et à apaiser les tensions. Il a fait de la croissance économique sa priorité.Sa réélection ne fait pas de doute tant il est le grand favori des présidentielles de 2018. L’Egypte a une attractivité naturelle aux yeux des touristes qui sont revenus en masse une fois rassurés sur leur sécurité.

Entretemps, l’industrie du tourisme égyptien s’est adaptée et devient plus résiliente aux crises. Elle s’est notamment diversifiée et est devenue plus robuste. Sur la rive de lamer Rouge, les réservations sont en hausse et les hôtels affichent un taux d’occupation élevé. Le tourisme balnéaire se développe aux côtés des visites des sites hautement historiques. L’Europe est le plus grand pourvoyeur de touristes en Egypte avec une croissance exponentielle de la demande en Allemagne et en Luxembourg.

Le secteur touristique a un impact direct sur l’économie du pays. En 2015, les recettes déjà en baisse étaient encore de 7,3 milliards de dollars. Elles ont chuté à 3,7 milliards de dollars l’année suivante, soit 7,2% du PIB. Avec la reprise en 2017, le tourisme représente 8,9% du PIB. Le secteur emploie aujourd’hui 1,64 million de personnes. Le Conseil mondial des voyages et du tourisme (WTTC) table sur une croissance en Egypte et voit le secteur proposer 2,6 millions emplois dans dix ans.

Il faut dire que les autorités égyptiennes ont décidé de passer la vitesse supérieure. En 2017, un fonds de 70 millions de dollars a été débloqué pour financer un plan de relance pour le secteur tourisme. Des efforts sont faits sur le plan marketing comme la baisse des taxes d’aéroport, des prix promotionnels, des liaisons aériennes vers les sites touristiques… Malgré tout, le pays n’est pas à l’abri d’actes terroristes qui auront comme effet de dissuader les touristes, du moins pendant un certain temps.