AFRICA EXCLUSIVE
Défis et émergence d'un continent

DJIBOUTI
Une stratégie nationale du tourisme en élaboration

L’impact du tourisme sur le développement et la croissance économique est encore faible au Djibouti. Le secteur est sous-exploité alors qu’il dispose de grand potentiel en termes de levier de croissance, de création d’emplois et de revenus.

Le gouvernement djiboutien a inscrit le tourisme comme secteur prioritaire dans le « Djibouti vision 2035 », le plan stratégique de développement économique. Des assises nationales sur le tourisme ont eu lieu début mars 2018. L’objectif est de recueillir les bases nécessaires pour l’élaboration d’une stratégie nationale pour promouvoir le tourisme.

Selon le professeur François Vellas, expert international, l’enjeu est  de mobiliser toutes les composantes de la population pour que les contributions permettent de définir une stratégie à court, moyen et long terme qui soit susceptible d’assurer un développement touristique durable dans le pays.

Une politique gouvernementale ambitieuse

Une telle stratégie, selon le ministre Délégué au Commerce, Hassan Houmed Ibrahim, permettra de faire de Djibouti une destination touristique de premier plan orienté vers plusieurs pôles principaux : un pôle capital composé de tourisme d’affaires et de plaisance, un pôle balnéaire avec des complexes balnéaires et de plongée implantés sur des sites d’aménagement prioritaires, et un pôle éco-responsable qui s’oriente vers le tourisme de découverte dans les sites archéologiques et préhistoriques du pays.

Le Premier ministre de Djibouti a salué les organisateurs, notamment le ministre délégué au Commerce et son équipe, qui vont sortir une feuille de route stratégique du tourisme djiboutien pour les années à venir. «Je suis conscient du travail que cela nécessite; conjuguer les intérêts privés de chacun au service de l’effort et la consolidation de l’intérêt national, n’est pas une mince affaire», a déclaré Abdoulkader Kamil Mohamed.

«Les fondements de l’ambitieuse politique gouvernementale s’apprécie à l’aune des attraits touristiques indéniables de nos contrées mais aussi, au regard de la vocation du secteur du tourisme à contribuer de manière effective au développement socioéconomique de notre pays à l’instar des autres pays», a martelé le ministre Délégué au Commerce.

Hassan Houmed Ibrahim affirme que le secteur touristique connaît un accroissement régulier. «Le nombre de touristes est passé de 60 000 en 2012, à plus de 1 200 000 visiteurs en 2016. Soit une hausse de 60% au cours de 5 dernières années. Les revenus du tourisme représentent moins de 1.5% du PIB».

Selon le président de la chambre de commerce, Youssouf Moussa Dawaleh, le tourisme peut contribuer à la réduction du chômage des jeunes au Djibouti. «Il est susceptible d’impulser une croissance inclusive à travers les retombées sur d’autres secteurs d’activités»,

Optimiser l’attractivité touristique de Djibouti

Djibouti dispose de plusieurs différents sites touristiques dont les iles Moucha et Maskali, les fumeroles du Lac Abbé, le Lac Assal et sa banquise de sel, la mangrove de Godoria, sans oublier une faune, une flore et des paysages extraordinaires. « Le projet de développement et de promotion du tourisme, vise à améliorer la capacité de Djibouti à optimiser son attractivité pour les touristes résidents ou non-résidents afin de proposer aux consommateurs des services touristiques de qualité ainsi que de gagner des parts sur le marché intérieur et régional », explique Dominique Verdugo, experte internationale.

L’Office national du tourisme de Djibouti (ONTD) a lancé une vaste campagne de promotion des atouts touristiques du pays de ces dernières années. Les infrastructures ont été améliorées avec la construction de nombreux hôtels et l’aménagement de sites touristiques de qualité.

Le guide touristique mondial « Lonelyplanet »  classe Djibouti comme la 4ème destination à prendre en 2018.  « Malgré la géologie mouvementée, le temps semble suspendu – dans le bon sens du terme (…) À cela s’ajoutent la culture enivrante, les plages aguicheuses, la plongée fascinante avec les requins-baleines… Autant de raisons de prendre l’avion ou le train flambant neuf en 2018 pour venir contempler la beauté de Mère Nature à l’état brut ».