AFRICA EXCLUSIVE
Défis et émergence d'un continent

PARTENARIAT CULTUREL
Un studio pour l’IFT du Tchad

Le 22 novembre 2019, l’ambassadeur de France au Tchad, Bertrand Cochery, le chef de mission de la coopération suisse au Tchad, Romain Darbellay et Christine Koussou, directrice générale de la société Makila ont inauguré et remis les clés d’un studio de répétition et d’enregistrement à Pierre Muller, directeur délégué de l’Institut français au Tchad (IFT).

Les travaux d’aménagement de ce studio ont été entrepris par la société de bâtiment et travaux publics Makila, dans le cadre d’un partenariat avec l’Institut français au Tchad et la coopération suisse, qui va fournir l’ensemble des matériels techniques de prise de son et d’enregistrement. Ces matériels ont été confiés au Collectif de musique HAPE qui organise avec l’IFT les célèbres soirées électro à l’IFT.

« Ce studio a pour objectif de donner l’occasion à des jeunes artistes de se rencontrer, de créer et de produire leurs œuvres dans des conditions acceptables » a déclaré Mme Koussou lors de son intervention. « Le choix pour accueillir ce studio s’est naturellement porté sur l’Institut français au Tchad, qui constitue un lieu de rencontres, à la fois pour les tchadiens et les expatriés, un carrefour artistique où se croisent les musiciens, les conteurs, les chorégraphes, les chercheurs, les étudiants, etc. », a-t-elle ajouté.

Lors de son intervention, l’ambassadeur Bertrand Cochery a insisté sur l’importance de l’événement « car celui-ci s’inscrit dans notre exigence de pousser vers plus de réussite et de notoriété les artistes tchadiens ». « Nous disposons de moyens comme les bourses, les résidences d’artistes en France, la participation à des saisons culturelles, mais c’est encore mieux si, sur le terrain même où nous agissons, nous pouvons compter sur des équipements qui renforcent et complètent la palette de tout ce qui est mis à disposition des artistes tchadiens ».

Cet équipement s’inscrit dans la démarche de l’Institut français au Tchad de développement des partenariats culturels, rappelée par son directeur délégué.