AFRICA EXCLUSIVE
Défis et émergence d'un continent

CÔTE D’IVOIRE
Le défi de la formation dans le secteur de l’électricité

Une convention-cadre de partenariat a été signée entre l’Etat et la Compagnie ivoirienne d’électricité (CIE) pour la mise en place d’une formation qualifiante en électricité. En 2018, le pays compte combler le manque de techniciens compétents pour accompagner l’augmentation de l’offre et l’amélioration des services.

Former au moins 300 jeunes ivoiriens dans les métiers de l’électricité, c’est l’objectif partagé par le secrétaire d’Etat chargé de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle et la Compagnie ivoirienne d’électricité en 2018. Ce programme propose des formations diversifiées et orientées métiers : agent de branchement, agent technique comptage HTA, électricien réseaux, agent technique exploitation postes mais aussi des techniciens formés à l’installation et à la maintenance d’équipement spécifique dans la filière bâtiment ou encore dans l’énergie solaire.

Former aux métiers de l’électricité en 6 mois

«Cette convention contribuera à consolider la synergie déjà existante entre les dispositifs publics et privés de formation, en vue notamment d’un renforcement de la professionnalisation des curricula », a déclaré le secrétaire d’Etat chargé de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle, Mamadou Touré.

La sélection des candidats passera par la plateforme de l’Agence emploi-jeunes et commencera en juin 2018. La première vague comptera 150 apprenants qui poursuivront le cursus au Centre des métiers de l’électricité de Bingerville. L’objectif est de « mettre sur le marché de l’emploi, une main d’œuvre qualifiée répondant aux attentes de l’entreprise », souligne le directeur général de la CIE, Dominique Kakou.

Après trois mois et demi de formation théorique, les apprenants auront à suivre un stage pratique de 3 mois. Le débouché est assuré puisque cette formation de techniciens est une réponse à une demande forte. La CIE elle seule veut recruter 150 techniciens, dont 137 agents électriciens de réseaux et 13 agents de techniques de comptage HTA. Des entreprises dans la filière électricité et dans le bâtiment proposent aussi des postes. La deuxième vague de 150 apprenants intègreront le Centre des métiers de l’électricité en septembre 2018.

Un besoin de techniciens qualifiés dû à la croissance

La Côte d’Ivoire a besoin de nombreux techniciens pour accompagner le développement de sa filière électricité. Le boom industriel engendre un besoin croissant en énergie et le pays investit dans la production d’électricité à grande échelle pour répondre à la demande. L’énergie renouvelable est privilégiée, notamment le solaire et l’hydro-électricité. En 2020, la puissance installée sera doublée à 4000 MW. La demande nationale augmente de 10% chaque année alors que la Côte d’Ivoire exporte de l’électricité dans les pays voisins comme le Bénin, Burkina Faso, Mali, Togo, Libéria et bientôt la Sierra Leone et la Guinée.

Géré par la Compagnie ivoirienne d’électricité, le Centre des métiers de l’électricité (CME) de Bingerville est très actif dans la formation de techniciens. Le groupe Eranove, étant le principal producteur et distributeur d’électricité en Côte d’Ivoire à travers sa filiale CIE, a lancé un BTS électrotechnique pour assurer ses besoins en personnel qualifié. Il pense développer des pôles d’excellence dans la formation aux métiers de l’eau et de l’électricité, estimant que la croissance de l’entreprise implique des besoins en ressources locales.