AFRICA EXCLUSIVE
Défis et émergence d'un continent

COP25
L’ONG « Espaces Verts du Sahel » au rapport

Le 4 février 2020, les enfants de l’ONG Espaces Verts du Sahel (EVS) ont procédé à la restitution publique de la COP25 à l’Institut Français du Tchad. L’Ambassade de France, qui affirme faire de la protection de l’environnement et la lutte contre le réchauffement climatique une priorité, appuie EVS depuis 2015 et a financé la participation de trois enfants experts à cette COP.

Espaces Verts du Sahel, désormais reconnue comme organisation non-gouvernementale regroupe des jeunes diplômés Tchadiens autour des enjeux d’éducation citoyenne à l’environnement à travers des actions visant à améliorer les conditions de vie des populations impactées par le changement climatique. Les enfants experts qui ont pu participé à la COP25 se sont tour à tour succédé dans la salle de projection de l’IFT pour restituer leurs travaux. Ils ont d’abord présenté les enjeux autour de l’eau dans le monde ainsi que ceux des différentes COP puis ont terminé par une présentation de leurs activités durant la dernière COP.

Après une visite du site qui les a accueillis, les jeunes experts ont pu rencontrer des représentants de l’Alliance pour une Éducation à la Citoyenneté Planétaire (AECP), collectif de structures francophones qui accompagnent les jeunes dans leurs actions écologiques locales. Au cours de leur séjour, les trois enfants ont échangé avec divers acteurs du climat et plaidé leurs causes auprès d’autres associations, telles que CliMates, à travers l’organisation de trois side events (autour des défis du Lac Tchad en termes de gouvernance, de conflits armés, des problématiques autour de l’eau et de ses impacts sur le changement climatique) ou encore à travers la participation à des ateliers d’échanges (sur la biodiversité, les énergies renouvelables, etc.)

À l’issue de leurs restitutions, les enfants ont également insisté sur les opportunités que leur a offert la participation à cette conférence internationale pour le climat : l’occasion pour eux, de rencontrer des acteurs politiques (les ministres, par exemple, de l’Environnement d’autres pays, tels que le Sénégal et le Bénin) et de porter leur plaidoyer à l’international.