AFRICA EXCLUSIVE
Défis et émergence d'un continent

APPUI A LA COMPETITIVITE ECONOMIQUE
80,4 millions d’euros pour le Cameroun

Le Ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire, Gouverneur du Groupe de la Banque africaine de développement pour le Cameroun, Alamine Ousmane Mey et le Responsable-Pays de la Banque africaine de développement au Cameroun, Solomane Kone, ont procédé, le 19 décembre 2019 à Yaoundé, à la signature d’un accord de prêt pour le financement de la troisième phase du Programme d’appui à la compétitivité et la croissance économique (PACCE III), en présence du Ministre camerounais des Finances, Louis-Paul Motaze.

D’un montant de 80,4 millions d’euros, cette approbation complète les accords antérieurs relatifs aux phases I et II du PACCE, signés en décembre 2017 et décembre 2018, pour des montants de 180 millions d’euros et 150 millions d’euros respectivement, portant ainsi le montant cumulé des appuis budgétaires programmatiques pluriannuels (2017, 2018 et 2019) du Groupe de la Banque envers le Cameroun à 410,4 millions d’euros (soit environ 269.2 milliards de FCFA).

Le Cameroun a signé le 26 juin 2017, avec le Fonds monétaire international (FMI), un accord triennal (2017-2020) au titre de la facilité élargie de crédit (FEC), pour un montant de 483 millions de DTS dans le cadre du Programme régional de réformes économiques et financières de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (PREF-CEMAC). La BAD participe à ce Programme aux côtés d’autres Institutions, notamment l’Agence Française de développement, la Banque Mondiale et l’Union Européenne.

Cet Accord vise à poursuivre les objectifs d’équilibre extérieur et budgétaire du Cameroun à travers deux composantes principales : la rationalisation du cadre de gestion des finances publiques (GFP) en vue de renforcer la stabilité macroéconomique, créer des marges budgétaires, prioriser les projets d’investissement public et stimuler la croissance ; et le renforcement de la gouvernance et de la compétitivité des secteurs productifs, notamment le transport, l’énergie et l’agriculture.

A travers ce Programme, le Cameroun s’engage à mettre en œuvre les réformes structurelles pour consolider le cadre macro-budgétaire, stimuler la production et les échanges nationaux et régionaux, ainsi que les investissements privés nécessaires à la création d’emplois, notamment pour les jeunes.

#Cameroun