AFRICA EXCLUSIVE
Défis et émergence d'un continent

CHINE-AFRIQUE

Baisse des investissements en Afrique en 2016

La Chine fait-elle la pluie et le beau temps sur le continent africain quand il s’agit d’investissements ? C’est un peu le cas. En 2016, la grande puissance asiatique a enregistré une baisse considérable des fonds investis en Afrique qui, à l’arrivée, enregistre un recul de 20% des investissements.

Le Consortium pour les infrastructures en Afrique (ICA) a dressé l’état des investissements en Afrique à travers son rapport annuel « Tendances du financement des infrastructures en Afrique 2016 ». Il a noté une baisse de 20 % par rapport à 2015, passant de 78,9 milliards à 62,5 milliards de dollars. Ces investissements proviennent aussi bien du secteur public que privé et des bailleurs de fonds internationaux.

Le recul qui vaut environ 16 milliards de dollars est associé directement, de façon abusive ou non, au retrait des investissements chinois en 2016 qui n’étaient que de 6,4 milliards de dollars contre 20,9 milliards de dollars un an auparavant. Sur les deux années, la Chine retrouvetoute de même la moyenne des fonds injectés en Afrique qui est de 12 milliards de dollars par an depuis 2011. En 2015, le géant asiatique a beaucoup investi dans la construction de chemin de fer sur le continent et a largement dépassé le niveau habituel.

De gros investissements dans les transports et l’énergie

En 2016, les transports demeurent le premier secteur d’investissement sur le continent, soit24,5 milliards de dollars représentant 39,2% du total. L’Afrique a aussi investi dans le secteur énergie à hauteur de 20 milliards de dollars et dans le secteur eau et assainissements à 10,5 milliards de dollars. Les TIC représentent 2,6% des investissements, soit 1,6 milliard de dollars. On note une augmentation des investissements publics de 9%, pour atteindre les 26,3 milliards de dollars.

Constitué par des bailleurs de fonds comme la Banque Mondiale, la Banque Africaine de Développement, la Banque de Développement d’Afrique Australe, la Banque Européenne d’Investissement, des institutions comme l’Union européenne et des pays membres du G8, le Consortiumpour les infrastructures en Afrique fait la promotion des investissements sur le continent. L’ICA estime entre 120 et 140 milliards de dollars le besoin annuel de l’Afrique pour financer son développement. Cela présente deux fois plus de fonds que les investissements de 2016.