AFRICA EXCLUSIVE
Défis et émergence d'un continent

CAPE TOWN
Rénover et renommer l’aéroport international

Réaliser un coup marketing et revendiquer un héritage du passé, voilà une double motivation dans le projet de renommer l’aéroport international du Cap qui est en pleine rénovation. Le nom de Nelson Mandela figure en bonne position mais les autres noms ne déméritent pas.

Quatre noms ont été proposés jusqu’ici : Nelson Mandela, Winnie Madikizela-Mandela, Albertina Sisulu et Robert Sobukwe. D’autres suggestions seront toujours acceptées, laisse entendre la Société des aéroports d’Afrique du Sud (Acsa). Le processus est en cours.

« Je dois juste admettre que nous avons commencé avec des consultations et le nom qui est en haut est celui de Nelson Mandela, mais nous devrons également considérer d’autres propositions », a déclaré le ministre des Transports. Blade Nzimande a indiqué qu’il travaillait de concert avec le ministère des Arts et de la Culture pour observer le processus de changement de nom de l’aéroport qui devrait se terminer d’ici fin 2018.

Nzimande a révélé que si Nelson Mandela est le favori pour le changement de nom, c’est qu’il a déjà reçu une reconnaissance étendue dans le pays et dans le monde entier pour son œuvre. Ce qui n’a pas manqué de provoquer une certaine résistance. Winnie Madikizela-Mandela est plébiscité le leader du FEP, Julius Malema et sa suggestion a reçu de nombreux soutiens. Des activistes moins connus sont aussi évoqués, le changement de nom de l’aéroport du Cap étant considéré comme un moyen de les honorer.

Le nom choisi honorera l’une des icônes anti-apartheid de l’Afrique du Sud. «Notre préoccupation ultime est de faire en sorte que nous nommions cet aéroport après l’un de nos héros ou héroïnes qui ont énormément contribué à la réalisation d’une Afrique du Sud démocratique, unie, non raciale, non sexiste, démocratique et prospère », martèle le ministre Nzimande. Le public sera impliqué et pourra émettre des propositions.

L’aéroport du Cap est en train de se transformer. Un premier projet consiste à tirer pleinement parti de l’infrastructure et des actifs existants et à assurer la conformité à la législation, aux normes et aux bonnes pratiques. Un second projet vise à introduire une capacité nouvelle ou additionnelle afin de soutenir la croissance de la demande de transport aérien de manière durable. Les plus importants travaux concernent la nouvelle piste redessinée, des voies de circulation associées et la construction d’un terminal.