AFRICA EXCLUSIVE
Défis et émergence d'un continent

CAMEROUN
Le patronat se penche sur la fiscalité

 

Pour le groupement inter-patronal du Cameroun (GICAM), le système de la fiscalité dans le pays mérite une reconsidération, afin de soutenir les activités économiques. Et pour atteindre l’émergence économique du pays, tant espérée à l’horizon de 2035.

Les travaux de la task force sur la fiscalité initiés par le Groupement inter-patronal du Cameroun (Gicam) sera rendus publics dans trois mois. Car une réforme fiscale semble nécessaire au vu de l’évolution constatée dans de nombreux pays au cours des dernières années.

« Il faut changer de paradigme fiscal. Il faut cesser d’asseoir la taxation des entreprises sur le chiffre d’affaires. Le Cameroun est l’un des rares pays au monde à continuer à faire ainsi », a affirmé Célestin Tawamba, président du Gicam. «Nous avons besoin d’une fiscalité qui intègre le volet développement, et non plus simplement d’une fiscalité de collecte », a-t-il spécifié également.

Le vice président du groupement, Sanda Oumarou, devait enfoncer le clou : «Dans les rares pays dans lesquels cette façon de taxer les entreprises existe encore, non seulement le taux n’est pas de 2,2% comme au Cameroun, mais aussi le chiffre d’affaires concerné est plafonné».

Les membres du Gicam sont persuadés qu’il est temps d’adopter actuellement une nouvelle approche en la matière. «C’est une hérésie de croire que la pression fiscale est faible au Cameroun. Il y a des entreprises qui font des chiffres d’affaires en milliards, mais dont les marges sont très faibles. Quand vous rapportez aux marges le taux de taxation (2,2%) assis sur le chiffre d’affaires, vous obtenez des taux de pression fiscale de 35%, qui peuvent même atteindre 80% dans certains secteurs d’activités » a-t-il expliqué.

Le ballon sonde a été en tous cas envoyé. Les membres du Gicam, qui est jusqu’à présent le plus important groupement patronal au Cameroun, attendent les premières réactions de l’Exécutif camerounais, avant la publication des travaux de la task force déjà prévu en avril prochain.