AFRICA EXCLUSIVE
Défis et émergence d'un continent

CAMEROUN
Un accord entre les ports de Douala et d’Anvers

Dans le cadre de sa deuxième tournée en Afrique, l’autorité portuaire d’Anvers a fait escale au Cameroun. Un accord a été signé avec les autorités portuaires de Douala.

Le Cameroun fait appel au savoir-faire d’Anvers pour simplifier le fonctionnement du port de Douala. Douala peut compter sur le savoir-faire d’Anvers pour améliorer, entre autres, l’efficacité de son exploitation portuaire. Pour Anvers, l’accord représente un moyen de conserver et de renforcer davantage sa position de leader sur le marché de l’Afrique de l’Ouest et centrale.

« Avec des exportations de fret comme le bois et le cacao, le Cameroun représente un potentiel énorme à Anvers, qui a déjà des acteurs actifs dans ces segments », a déclaré Marc Van Peel, Echevin du port. « En outre, le port présente un bon équilibre entre les importations et les exportations, ce qui est aussi une caractéristique distinctive d’Anvers », a-t-il ajouté. Anvers gère un volume annuel de 15 millions de tonnes de fret en provenance de l’Afrique de l’Ouest.

Les études internationales ont montré que le volume de containeurs gérés dans les ports d’Afrique de l’Ouest a fortement augmenté depuis 2009. « Les mêmes études montrent que ces ports devraient connaître encore plus de croissance dans le commerce des containers dans un avenir immédiat », a ajouté l’échevin. « Anvers propose le plus grand nombre de services directs d’expédition vers l’Afrique de l’Ouest, ce qui en fait une passerelle idéale vers l’Europe pour ce négoce », a-t-il conclu.

Le port de Douala se trouve sur la rivière Wouri et est le principal port dans la zone économique de la CEMAC (Communauté Économique et Monétaire des États de l’Afrique centrale). En 2016, il a géré un volume de fret d’environ 12 millions de tonnes. Toutefois, le port a atteint sa capacité maximale et souhaite faire appel au savoir-faire d’Anvers pour se développer.

Selon les termes du protocole d’entente, l’APEC (Centre de formation du port d’Anvers) examinera la possibilité d’organiser des cours de formation pour les dockers dans le but d’optimiser l’efficacité des opérations portuaires. Entretemps, l’APEC, qui a déjà aidé à former des professionnels maritimes de Douala, proposera des séminaires et des cours de formation standard.

Les consultants de PAI proposeront également leur savoir-faire pour utiliser au mieux la zone portuaire disponible. Enfin, le protocole inclut des engagements en termes de marketing, d’échange d’informations et de meilleures pratiques, et l’organisation d’événements commerciaux pour promouvoir les deux ports.