AFRICA EXCLUSIVE
Défis et émergence d'un continent

AFRICA INVESTMENT FORUM
Des projets à plus de 200 milliards USD

 

306 projets d’une valeur totale de 208,8 milliards de dollars ont été développés, lors de cette édition de Africa Investment Forum_, qui constitue un rassemblement sans précédent de fonds de pension, de fonds souverains, de marchés de capitaux, de promoteurs de projets et d’investisseurs institutionnels et financiers désireux d’opérer en Afrique.

Au cours des trois jours de l’événement qui s’est déroulé en Afrique du Sud, 60 projets et transactions d’une valeur de 40,4 milliards de dollars ont été au cœur des rencontres entre investisseurs et promoteurs, afin d’accélérer la conclusion de transactions et d’éliminer, le cas échéant, les contraintes politiques et réglementaires qui pourraient les freiner. Quelque 28 milliards de dollars de projets supplémentaires étaient également mis en lumière à travers des « galeries d’exposition ».

Et ceux ne sont que quelques exemples car plus de 330 investisseurs ont pris part aux échanges sur les investissements. « Je dois avouer que la demande de la part des investisseurs est énorme, au point que 92 % des investissements qui ont fait l’objet d’échanges ont été sursouscrits. C’est remarquable pour un tout premier forum sur l’investissement », s’est réjoui le président de la Banque africaine de développement.

L’Africa Investment Forum entend contribuer à réduire les frais d’intermédiation, à améliorer la qualité des informations et de la documentation relatives aux projets et à renforcer les liens d’engagements entre les gouvernements africains et le secteur privé. Ont été mis en lumière des projets dans des secteurs fort divers : l’énergie, les infrastructures, les transports et les services publics, l’industrie, l’agriculture, les TIC et les télécoms, l’eau et l’assainissement, les fonds et les services financiers, la santé, l’éducation, l’hôtellerie et le tourisme, le logement, ainsi que le transport aérien.

Le secteur de l’énergie recèle à lui seul des possibilités d’investissement de l’ordre de 30 milliards de dollars par an, en exploitant les vastes ressources de l’Afrique en gaz dans les énergies solaire, hydroélectrique, éolienne et géothermique. Les perspectives d’investissement abondent pour faire de l’Afrique la première région au monde en matière d’énergies renouvelables.